Evénements

OMPI / WIPO
2011

Cinq siècles après Vinci - La découverte de la perspective binoculaire

Sous le haut patronnage de Joseph Deiss, président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Albert Sauteur a présenté au siège mondial de la propriété intellectuelle (OMPI), à Genève, sa découverte de la perspective binoculaire. Le discours inaugural a été rédigé par Guy Simonin, directeur scientifique au Palais de la Découverte à Paris (voir ILS ONT ECRIT...).

OMPI


C’est en peignant des natures mortes, plus précisément en scrutant l’infinie richesse du modèle, que l’artiste Albert Sauteur s’est rendu compte que l’utilisation des règles de la perspective, depuis la Renaissance, n’a jamais pris en compte le fait que les modèles des tableaux sont perçus avec deux yeux. Etonnant ! Après avoir identifié des lignes de fuite multidirectionnelles (convergentes, divergentes, traversantes, parallèles), il a élaboré une nouvelle géométrie qui correspond à la perception volumétrique de l’espace. La vision de l’être humain est binoculaire contrairement à celle de la caméra oscura ou toutes autres caméras, monoculaires, elles.A première vue, seul un artiste peintre, observant des semaines durant une même madeleine déposée sur les touches d’un piano, pouvait décrypter ce phénomène. Très succinctement : chaque image perçue respectivement par chaque œil a effectivement son propre point de fuite. Mais, en plus, la superposition, l’imbrication de ces deux images engendre un troisième point de fuite qui leur est commun. L’écartement des deux points de fuite -chaque image perçue par chaque œil- qui correspondent aux images monoculaires varie en fonction de l’éloignement du modèle tandis que le point de fuite binoculaire qui correspond aux images imbriquées fluctue à l’intérieur de ce champ au gré de la focalisation de l’endroit observé. Cette nouvelle appréhension de la perspective permet donc de révéler, par la peinture, ce que l’homme voit réellement. De toute évidence, cette théorie ne trouve son application, voire son aboutissement, que si l’image ainsi produite est d’une saisissante vérité. Il en résulte des effets surprenants : des lignes droites apparaissent brisées, des boules de billard, rigoureusement sphériques, se transforment en ovales en quête d’équilibre, etc. D’éminents spécialistes sont d’accord pour dire que cette découverte aurait décontenancé Dürer mais pleinement satisfait Vinci.

L'art de la perspective binoculaire dans "MAGAZINE de l'OMPI" : l'article.

sauteur